Chili con carne revisité et en musique !

Chic chic, un chili con carne sans chichis ! Et en musique pour bien commencer la semaine !

Alors… avec des haricots rouges ou sans ? Avec de la viande de bœuf en morceaux ou de la viande hachée ? Avec des piments jalapeño frais, chili rouge séché ou de la poudre de chili ? Avec des tomates fraîches ou en boîte ? Avec rien, du riz ou des tortillas ? Des puristes veillent ! Une chose certaine, le chili con carne n’est pas originaire du Mexique. Et si ses origines exactes restent incertaines, le Texas s’est rapidement imposé comme étant le berceau de ce plat mythique. Le chili con carne en Amérique (élevé au rang de plat national durant la Grande Dépression) est une affaire sérieuse et sujet à controverses (ses origines, ses ingrédients, la manière de le cuisiner). Il existe même une société internationale du chili, The International Chili Society, fondée en 1974, seule organisatrice du concours officiel (et marque déposée) The World Championship Chili Cookoff, qui affirme que « l’arôme d’un bon chili doit créer un plaisir aussi fort que le baiser passionné de celui qu’on aime » ! Nous voilà avertis!

Cependant, comme pour tous plats populaires, aussi mythiques soient-ils, rien ne peut empêcher la multitude de variétés de recettes adaptées au goût de chacun. Et finalement tant mieux, quelle richesse ! Mon chili con carne n’est certes pas la recette authentique et traditionnelle, mais il est délicieux, plein de poivrons comme j’aime, simple à préparer et à l’arôme qui crée un plaisir aussi doux qu’un baiser tendre de la personne aimée…

Et en bonus, après la recette qui suit, un petit clin d’oeil musical avec The Real Group, un quintette vocal suédois qui nous offre un délicieux et rafraîchissant Chili con Carne en chanson… De quoi vous mettre de bonne humeur pour ce début de semaine ! Bon lundi à toutes et à tous !

Recette du chili con carne revisité

Pour 6 personnes. Temps de préparation : 30 minutes. Cuisson : 1 heure.

Ingrédients :

  • 800 g de viande de bœuf hachée
  • 500 g de haricots rouges (1 grande boîte)
  • 800 g de tomates concassées (en conserve ou en boîte – ce n’est pas la saison des tomates !)
  • 4 poivrons (1 rouge, 1 jaune, 2 verts) coupés en dés ou en lanières
  • 2 gros oignons
  • 3 gousses d’ail
  • 2 cuillères à soupe pleines de concentré de tomate
  • 1 cuillère à café de cumin en poudre
  • 1 cuillère à café pleine de piment d’Espelette (ou 1 gros piment rouge charnu épépiné et ciselé pour ceux qui aiment le chili bien relevé)
  • 1 cuillère à café de paprika
  • 1 cuillère à soupe d’origan séché
  • Huile d’olive, sel
  • Facultatif : Coriandre ciselée 

Préparation :

  • Égoutter les haricots rouges. Réserver.
  • Laver et couper les poivrons en dés ou en lanières. Réserver.
  • Peler et émincer les oignons et hacher l’ail.
  • Dans une cocotte (en fonte de préférence) sur feu moyen, faire chauffer de l’huile d’olive avant d’ajouter les oignons. Les faire revenir jusqu’à ce qu’ils soient tendres et transparents.
  • Ajouter l’ail et la viande hachée. Parsemer de cumin et d’origan. Faire revenir tout en remuant sans cesse pour bien émietter la viande.
  • Ajouter le concentré de tomate avec un peu de jus des tomates concassées. Remuer. Puis ajouter le piment d’Espelette (ou le gros piment rouge charnu préalablement épépiné et ciselé).
  • Ajouter les tomates concassées, puis les haricots rouges. Mélanger. Couvrir et laisser cuire à feu moyennement doux pendant 20 minutes.
  • Ajouter les poivrons. Poursuivre la cuisson à couvert pendant 30 minutes sur feu doux. Remuer de temps en temps. Rectifier avec le sel si nécessaire et selon goût.
  • Servir chaud. Facultatif : parsemer de coriandre ciselée (persil chinois).

Voilà un délicieux ragoût façon chili con carne plein de couleurs que je sers avec du riz ! Et vous, comment faites-vous le chili con carne ? 

Place au Chili con Carne avec The Real Group ! Musique !

Paroles de la chanson « Chili con Carne » :

Take some ripe and fresh tomatoes,
put them in a bowl with oil.
Add the onions, strong and tasty,
on the stove you let it boil.
Choose the finest meat you get from cow or pig,
it doesn’t matter.
Beans and jalopeño peppers, necessary is to this.
But don’t forget the mexican spices,
the heart of the art of the cooking. Oh no!
Don’t forget the mexican spices,
without them you won’t get the flavor of sunshine.
Chili con carne aha
let’s make chili con carne aha that’s good!
Eat your chili nice and slowly
to prevent a stomachache,
crisp tortillas on your plate
will sound so nicely when they brake.
When your mouth gets full of fire
you might need something to drink,
one or two or three or four or seven beers
will be enough.
But don’t forget the mexican spices,
the heart of the art of the cooking. Oh no!
Don’t forget the mexican spices,
without them you won’t get the flavor of sunshine.
Chili con carne aha
let’s make chili con carne let’s eat!

17 réflexions au sujet de « Chili con carne revisité et en musique ! »

    • Merci Pauline, c’est adorable ! 🙂 Je mets beaucoup de poivrons parce que je les adore et qu’ils offrent une douceur exquise à ce plat traditionnellement pimenté ! Plein de bisous et très bon lundi à toi !

  1. Et moi j’adore ton article! (il faut dire que pour chacune de mes recettes je précise toujours que la version que je donne est une version parmi d’autres, histoire de bien spécifier que de version originale, il n’en existe pas, ou du-moins il est difficile de faire le tri 😉 )
    Merci pour ces quelques explications, et la chanson en bonus! 😀
    Et bien que je me répète, cette photo est particulièrement belle, les couleurs sont magnifiques.
    Je suis bien contente de t’avoir « rencontrée » 🙂 En tous les cas je risque de faire un chili con carne très vite!
    Ciao!

    • Oh comme c’est adorable, ma belle !!! <3 Mille mercis pour ton commentaire qui réchauffe le coeur et qui me met en joie ! J'en rougis de plaisir... 🙂 Et de la part d'une grande cuisinière comme toi, c'est encore plus précieux. Moi qui raffole de la cuisine italienne, je n'ose plus présenter mes réalisations italiennes... 😉 Mais je me nourrirai de tes belles recettes et te préviendrai d'une tentative culinaire transalpine en ton honneur... 😀 Moi aussi, je suis très heureuse de t'avoir "rencontrée" et j'espère que nous aurons l'occasion de nous rencontrer en vrai ! Bonne fin d'après-midi et plein de bises !

  2. Pour une approche végétarienne on peut remplacer la viande par du soja texturé fin mis à tremper avec de la sauce de soja puis égoutté (pressé dans une passoire) et revenu dans un peu d’huile d’olive avec de l’oignon finement haché.

  3. Et j’ai oublié : arroser de sauce de soja juste avant la fin lorsque le soja commence à prendre couleur (ne pas laisser trop griller). Je le fais avec une recette assez semblable à la vôtre. En tous cas bravo pour votre site que j’apprécie beaucoup étant mordue de cuisine asiatique particulièrement thaïlandaise que j’interprète à ma manière 🙂

    • Chère Marick, merci beaucoup pour votre version végétarienne qui me semble très savoureuse! Je testerai avec plaisir. Merci de votre visite et de votre gentil message qui me font très plaisir. A bientôt et bon week end ! 🙂

  4. Miam ! j’adore le chili et je vais essayer ta version (entre autres merveilleuses recettes !) dans la mienne, très librement revisitée, j’ajoute des « lardons » de chorizo fort, ils donnent un petit goût en plus et des dés de courgettes que je ne fais pas trop cuire (ma façon de faire manger des légumes aux personnes pas habituées ou pas fans). De façon peu orthodoxe je le sers avec mon riz parfumé habituel, mais aussi une salade d’oranges pelées à vif avec des oignons rouges et plus classiquement, des chips mexicaines, du bon guacamole et plein plein plein de coriandre/cilantro, indispensable !

    • C’est ça qui est merveilleux avec la cuisine : la créativité ! Revisiter une recette, la transformer, l’améliorer, l’adapter à son goût, s’en inspirer, la fusionner… Bref. Ta version me paraît absolument alléchante.

  5. Rien à dire sur cette interprétation du chili (il y en a tant que j’ai du mal à hiérarchiser,en ce moment, je suis plutôt viande de veau (morceaux), flageolets et curry vert). Mais, pour la version classique et pour moi, la dégustation se fait avec des longes de baguette fraiche tartinées de beurre salé et j’arrose le tout de tabasco qui permet à chacun de doser le feu et dont le côté vinaigré se marie parfaitement au plat et en beurre frais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *