Vietnam : Boeuf Luc Lac (Bò lúc lắc)

Le boeuf Luc Lac (en vietnamien : Bò lúc lắc) est un plat vraiment intéressant aussi bien pour son histoire, sa source et son évolution que sur le plan gustatif. Ce plat a pris naissance au Vietnam, ayant subi des influences culinaires française et chinoise, qui lui-même s’est fait adopter par la cuisine d’un pays voisin en devenant par la suite un plat populaire du Cambodge. N’est-ce pas un beau voyage culinaire ?

Après un siècle de présence française, certains plats vietnamiens ont bénéficié de l’influence française, notamment dans l’introduction de la viande de bœuf, de l’usage du pain et de la baguette (comme le fameux sandwich banh mi de Saigon), de la présence du pâté de foie (de porc ou de volailles), de la mayonnaise, du rôti de porc, du bœuf aux carottes (bo kho) accompagné aussi bien de pain que de riz selon goût, et même d’un dessert vietnamien connu, le flan au caramel ou le flan (banh gan) à base de lait de coco en remplacement du lait de vache.

Le bœuf Luc Lac (Bò lúc lắc) fait ainsi partie de cette influence culinaire française. Le steak est alors coupé en cubes pour faciliter la saisie avec les baguettes (on ne met jamais de couteaux à la table des Vietnamiens); on ne met pas d’herbes aromatiques mais on remplace par la salade verte ou le cresson avec des tomates, comme pour les salades « à la française »; le riz n’est plus blanc nature mais « rouge » sauté à la tomate et aux oignons, et on trouve même des recettes vietnamiennes de bœuf Luc Lac avec une variante frites (les pommes de terre représentant le summum de l’aliment français pour les Vietnamiens).

L’autre influence culinaire étrangère est chinoise dans sa marinade, coeur des saveurs du plat. Si plusieurs versions existent avec parfois l’ajout des cinq-épices, de piment, d’huile de sésame, voire de sauce tomate / de Ketchup (!) ou rien de tout cela, les trois ingrédients constants de la marinade du bœuf Luc Lac sont : la sauce d’huître, la sauce de soja et/ou la sauce de poisson nuoc mam pur (et pas toujours ces ingrédients en même temps). La sauce d’huître et la sauce de soja sont des condiments typiquement chinois, tandis que la sauce de poisson nuoc mam est typiquement vietnamienne. Il est vrai qu’avec mille ans de domination chinoise jusqu’au Xème siècle au Vietnam, il est difficile de ne pas intégrer l’influence culinaire chinoise dans la cuisine vietnamienne.

Ensuite, ce plat a alors migré vers le Cambodge, pays voisin du Vietnam, sans doute apporté par la communauté vietnamienne présente là-bas. Le boeuf Luc Lac (littéralement du vietnamien Bò = boeuf et lúc lắc = remuer, secouer) s’est transformé phonétiquement en Lôc Lac, Loc Lac ou Lok Lak et devient un des mets populaires cambodgiens. Ironie du sort, il devient même plus populaire que la version d’origine du Vietnam ! La recette cambodgienne présente quelques petites différences sans en changer la nature du plat : ajout de fécule de pomme de terre ou de maïzena dans la cuisson de la viande, ajout de paprika, d’autres épices, de sauce tomate, d’huile de sésame et de l’usage plus constant de la sauce de poisson en saumure dans la marinade sans pour autant renoncer à la sauce de soja chinoise. Le riz est plutôt consommé blanc nature que sauté à la tomate. Pas de variantes avec pommes de terre. Pas d’oignon mariné au vinaigre non plus.

Voici donc une des variantes possibles de la recette du boeuf Luc Lac vietnamien, la version familiale telle que je propose ci-après.

Pour 4 personnes. Préparation : 25 minutes + 30 minutes de marinade. Cuisson : 20 mn pour le riz + 2 minutes pour le boeuf.

Ingrédients :

  • 600 g de boeuf tendre (faux-filet, filet, rumsteak ou poire de boeuf)
  • 2 oignons jaunes ciselés grossièrement
  • 1 cuillères à soupe de sauce d’huître (que l’on trouve dans les épiceries asiatiques)
  • Huile végétale neutre (type tournesol ou arachide)
  • 1 à 2 oignons rouges finement émincées
  • 1 botte de cresson ou 1 salade batavia / laitue
  • 2 tomates en quartiers ou en rondelles
  • 300 g de riz blanc Thaï long et parfumé
  • 2 cuillères bombées de concentré de tomate
  • 1 cuillère à soupe de sauce de poisson en saumure Nuoc mam pur
  • poivre noir du moulin

Marinade du bœuf :

  • 2 gousses d’ail haché
  • 1 cuillère à soupe de sauce de soja
  • 1 cuillère à soupe de nuoc mam pur
  • 1 cuillère à soupe d’huile
  • 2 cuillères à café rases de sucre en poudre
  • Poivre noir du moulin

Marinade de l’oignon rouge:

  • 2 cuillères à soupe de vinaigre blanc de riz
  • 1 cuillère à soupe de sucre blanc en poudre

Sauce d’accompagnement pour le boeuf :

  • 2 citrons verts
  • Poivre blanc en poudre
  • Sel

Préparation :

Marinade du bœuf :

  • Couper le bœuf en cubes d’environ 2 cm si possible.
  • Dans un récipient, verser la sauce de soja, la sauce nuoc mam pur, le sucre, le poivre noir (selon goût), l’ail haché. Bien mélanger.
  • Faire mariner les cubes de bœuf et laisser reposer entre 30 minutes et 1 heure.

Oignon rouge :

  • Peler et émincer finement les oignons rouges.
  • Dans un bol, mettre les oignons émincés puis ajouter 1 cuillère de sucre en poudre + 2 cuillères de vinaigre blanc de riz (si vous n’en avez pas, du vinaigre blanc fera l’affaire).
  • Mélanger et laisser reposer.

Garniture :

  • Rincer trois fois à grande eau le riz blanc parfumé avant cuisson. Cuire le riz selon indication du paquet.
  • Peler et couper en dés les oignons jaunes. Réserver.
  • Laver la batavia, la laitue ou le cresson, égoutter, essorer et réserver. Laver les tomates et couper en quartiers.
  • Une fois que le riz est cuit : Dans une poêle chaude avec 2 cuillères à soupe d’huile, faire revenir 1 oignon jaune en dés jusqu’à ce qu’il soit tendre et transparent. Ajouter le riz et faire revenir sur feu moyen vif. Diluer le concentré de tomate avec un peu d’eau et verser sur le riz. Mélanger et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes. Ajouter la sauce de poisson (nuoc mam pur). Faire revenir encore 5 minutes. Ajouter un peu de poivre  du moulin. Rectifier selon goût. Réserver.
  • Presser les citrons verts. Verser le jus en ajoutant 1/3 de cuillère à café de poivre blanc en poudre dans chaque petite coupelle. Cette sauce servira à tremper les morceaux de viande avant de les déguster.
  • Avant de cuire le bœuf, dresser les assiettes : Mettre quelques feuilles de salades ou une bonne poignée de cresson, quelques quartiers de tomates, un peu de riz rouge (pour avoir une jolie forme de riz dans l’assiette, tasser du riz dans un bol et renverser sur l’assiette).
  • Sur feu vif dans un wok ou une poêle très chaude avec deux cuillères à soupe d’huile, faire revenir rapidement les dés d’oignon, puis saisir les cubes de bœuf avec sa marinade en les secouant ou en remuant sans cesse jusqu’à ce qu’ils soient un peu dorés, puis ajouter 1 cuillère à soupe de sauce d’huître, remuer. Compter environ 3 à 4 minutes de cuisson pour la viande selon l’épaisseur des morceaux de viande et de la puissance du feu.
  • Verser la viande chaude avec un peu de sa sauce de cuisson, sur le lit de cresson ou les feuilles de salade, parsemer de lamelles d’oignon rouge aigre-doux et servir avec la sauce de citron vert poivré dans une coupelle pour tremper les morceaux de viande.

Ah quel délice ! Voilà un plat savoureux et facile à réaliser, coloré et rapide à manger ! J’espère qu’il vous plaira !

Très bonne semaine à toutes et à tous !

37 réflexions au sujet de « Vietnam : Boeuf Luc Lac (Bò lúc lắc) »

  1. Ahhh je me disais bien qu’il y avait une influence chinoise! Super article, riche en informations! Je fais régulièrement la version cambodgienne (variante avec l’oeuf) car c’est l’un des plats préférés de mon chéri. Contente du coup d’en savoir plus sur ce plat métissé 100% « comfort food ».
    Plein de bises! Et très bonne semaine!

    • Merci beaucoup Jess ! Tu es adorable. Oui l’influence chinoise est surtout dans l’utilisation des condiments. La sauce de soja et la sauce d’huître, c’est 100% chinois. Il faut savoir que les deux grands foyers d’influence culinaire en Asie sont la Chine et l’Inde. Ensuite, il existe les influences entre pays voisins et les influences de présences étrangères. Je ne l’ai pas mentionné, mais c’est vrai qu’il peut y avoir aussi l’oeuf dans la version cambodgienne. Certains mettent de l’oeuf dans le riz à la tomate aussi. Bref, il y a beaucoup de variantes comme dans toutes les recettes. Plein de bises à toi aussi et très bonne semaine !

    • Merci beaucoup Line, c’est vraiment sympa !^_^ Oui c’est un plat exquis et tellement simple et rapide à faire ! Bisous et belle semaine à toi ! 🙂

  2. Coucou ma belle , il y a tout ce que j’aime dans cette recette parfumée !!! Et puis avec la petite histoire c’est toujours un plaisir de lire tes articles 🙂
    Bonne soirée et gros bisous

    • Coucou ma Chouchie ! Toujours contente de ta visite et merci pour ton gentil message ! Teste ce plat un jour… je suis certaine que tu vas apprécier. 😉 Plein de bises et belle soirée à toi aussi ! 🙂

  3. Bunasera ma chère Tâm!
    Encore une recette que je ne connaissais pas…Mais en la lisant j’ai comme eu l’impression que je pouvais imaginer certains parfums! C’est un plat qui est à ma portée je pense, métissé, avec une sacrée histoire derrière…Merci Tâm, tu sais que te lire est pour moi une bouffée d’oxygène, mon petit voyage à moi 🙂 Et comme je refais surface petit à petit, je reprends mon sac à dos avec plaisir et reprends la route avec toi <3
    Baci baci.

    • Buongiorno ma belle Graziella !
      Avec du retard, je prends le temps de répondre à ton gentil message. Merci de tes mots qui me touchent et de ta visite qui me fait toujours plaisir. Je suis si heureuse que tu reprennes le sac à dos pour « reprendre la route » avec moi pour nos déambulations culinaires. 🙂 Tes recettes sont une réelle invitation au voyage, une découverte de la région des Pouilles, à travers ses mets, ses saveurs, ses traditions. J’ai adoré ta vidéo. Je me suis sentie instantanément transportée dans le Sud de l’Italie, dans ta cuisine. Un vrai bonheur. Merci pour ce partage. Merci d’être revenue. 😉 Plein de bises de Paris. A bientôt.

  4. Coucou Tâm 😉
    Comme je suis heureuse de te revoir, tu m’as manquée 🙂
    Quelle jolie recette ! elle me plait beaucoup !
    De plus elle semble simple à cuisiner, et je possède tous les ingrédients pour la réaliser, sauf les citrons verts… que j’achèterai samedi lors des courses hebdomadaires.
    Donc samedi midi nous testerons avec grand plaisir ta délicieuse recette.
    Je te souhaite une très belle fin de soirée et merci pour ce partage si gourmand.
    Bisous (=^v^=)

    • Coucou Cathy, 🙂
      Désolée pour le délai de réponse…
      Oh comme c’est sympa tes petits mots ! Mille mercis pour ta visite et ton message ! <3 Tu m'as manquée aussi ! ^^ Après les vacances, le temps de rattraper les choses laissées en suspens... et deux semaines bien chargées !
      J'espère que tu as réussi à faire le boeuf Luc Lac ! C'était comment ?
      Je te souhaite une très belle journée et à bientôt !
      Plein de bises.

  5. Ping : Halte gourmande : Restaurant Siam@Siam à Paris | La kitchenette de Miss TâmLa kitchenette de Miss Tâm

  6. Recette réalisée!! Le meilleur bœuf Luc lac maison qui se rapproche le plus de celui goûter dans les restaurants asiatiques. Encore merci pour ce partage
    Bon weekend

  7. Merci beaucoup pour cette recette très complète, la meilleure que j’ai trouvée sur Internet. J’aime beaucoup ton idée de parler de l’histoire du plat, continue c’est super!

  8. En fait, Miss Tam, tu es ma « madeleine de Proust » grâce à tes explications sur les origines de cette recette, j’ai retrouvé le plat que faisait ma grand-mère sans le nommer autrement que « le préféré de papi » et effectivement, elle le servait avec de la salade verte, de tomates en quartier, de riz nature et … des frites !!! Nous qui croyions que c’était une sorte de « caprice » de mon grand-père, c’était en fait une recette connue … j’ai hâte de le dire à ma mère et mes sœurs demain 😉

    • Ah ça fait plaisir d’être ta « madeleine de Proust » ! 🙂 C’est bien de connaître les origines des plats… mais je préfère de loin l’histoire du plat nommé  » le préféré de Papi » ! Le plat prend d’un coup plus de sens, devient vivant, a sa propre histoire. C’est ça la cuisine… Une histoire. Son histoire de famille.

      • Voilà pourquoi, quoiqu’il arrive, on se retrouve toujours autour d’une table chargées de délicieux plats vietnamiens, c’est rassurant, réjouissant, réconfortant … je plains les personnes qui n’aiment pas manger, qui « craignent » les cuisines exotiques, et surtout qui ne connaissent pas le bonheur d’être issus de cultures différentes : quelle richesse !

  9. Merci beaucoup Miss Tâm pour cette recette! Testée et approuvée hier avec mon chéri qui a dit que c’était « le meilleur bœuf luc lac » 🙂
    Etant mondialement connue pour mon niveau zéro en cuisine, vous avez réussi à me faire passer pour une surdouée aux talents cachés (haha!)
    Ce plat n’a pas le même goût que celui de ma grand-mère ou de ma mère, mais il est tout de même délicieux, et grâce à vous j’ai pu faire mes premiers pas en cuisine vietnamienne. Vos explications sont extrêmement précises et bien rédigées, c’est ce qui donne cette impression de « facilité » et cela m’a donné envie de me lancer. Un premier essai réussi, qui m’incite à continuer 🙂
    Donc un grand MERCI pour votre excellent travail. Il y a encore plein de superbes recettes à tester sur votre blog, je reviendrai vous faire part de mes progrès…
    A bientôt, et bonne continuation!

    • Oh la la Vân, ça me fait vraiment chaud au coeur de lire votre commentaire ! Merci à vous de m’avoir fait confiance en testant cette recette ! Et bravo à vous !
      Votre talent de cuisinière n’est pas caché, il ne demande qu’à s’exprimer ! 🙂
      Merci infiniment du retour sur la recette, cela me fait énormément plaisir.
      Bonne continuation et rendez-vous pour d’autres tests !

  10. MIIS TAM bonjour j’ai fait votre recette ce jour à ma parite femme asiatique
    ¤d’habitude je n’aime pas le riz à la tomates*
    ¤ce gout de viande est delicieux et bien tendre
    ¤tu en feras pour ma petite soeur
    ¤quels parfums!!!!!! j ai rajouté des rondelles de poireaux grillés
    TOTAL MA CHERIE EN A MANGE DEUX ASSIETTES ET MAINTENAT ELLE DORT COMME UNE BIENHEUREUUSE GRACE A VOUS MERCI MERCI

      • je viens de relire votre commentaire meme
        deus ans apres je suis encore tres touché
        de votr ourrier et j’aimetoujours le bœuf loclac
        bonne soirée et peut etre u jour le plaisir de manger ensemble et avec les gens que vous aimez un bon loclac
        A TRES BIENTOT

  11. L’histoire concernant ce plat est vraiment intéressante! J’ai connue ce mets en travaillant comme cuisinière dans un hôtel réputé du Québec. Le chef nous avait servi le lok lak pendant une journée très occupé, pour alléger notre tâche! La version que je fais depuis 8 ans déjà.. Pour mariner le bœuf; pâte de tomate, sauce aux huîtres, sauce de poissons, jus de citron vert, ail haché. Le tout servi sur une laitue Boston avec fine tranches d’oignon rouge et riz basmati. Tout un délice!!!

  12. Recette facile à réaliser !
    Tout le monde s’est régalé 🙂

    J’ai servi avec un concombre aigre-doux coupé en fine lamelle en plus de l oignon mariné au vinaigre : ça relève bien le plat… et l haleine 😉 !

  13. Alors là chapeau bas….
    Excellente recette…j’ai voulu la jouer à la cambodgienne et rajouter l’oeuf au plat et nous nous sommes régalés
    Bon la viande était un peu dure mais ça on y est pour rien ….

    À refaire très vite…

  14. Bonjour,

    Déjà, merci beaucoup pour cette recette. J’aime vraiment beaucoup la viande mais je vous avouerai que je cherche encore une manière de faire le riz afin de retrouver une saveur d’un bœuf Luc Lac (et son riz donc) que j’ai dégusté dans un restaurant et qui est à tomber par terre.
    Je m’excuse par avance, je ne remets pas du tout en cause votre excellente recette mais vous comprendrez surement que lorsque nous sommes attachés à une saveur pour un plat qui nous a fait vibrer, nous essayons par la suite de la retrouver.

    J’ai voulu tester également un de vos précieux conseil : le bœuf luc lac chez Siam@Siam. Il est en effet très bon mais ce n’est pas encore tout à fait celui auquel je suis attaché. Si j’y suis attaché, c’est que je pense sincèrement qu’il s’agit du meilleur bœuf luc lac que j’ai eu l’occasion de manger. D’ailleurs le Siam@Siam sans rapproche mais les saveurs ne sont pas aussi flagrantes et subtiles. Les condiments ne sont pas non plus travaillés.

    N’hésitez donc pas à tester le Bœuf Luc Lac de restaurant Chez Long (http://www.chezlong.fr/Accueil.html). J’aimerai beaucoup avoir votre avis et ce même si vous êtes déçues. Après tout, il y a tout autant une part d’objectivité et de subjectivité dans l’appréciation d’un plat !

    Encore merci pour votre site qui est une mine d’informations succulentes.

  15. J’aime beaucoup vos recettes, celle ci est vraiment top même si je ne suis pas convaincu du résultat avec le riz a la tomate. J’ai l’habitude d’en manger un peu partout dans des restaurants a Paris et on obtient d’après moi pas le gout qu’il faudrait.

    La viande par contre est bonne même si je préfère la faire mariner directement avec du poivre blanc. On doit vraiment pas être loin de la recette ultime, il faudrait enquêter pour savoir comment il font dans les meilleurs adresses ou on peut manger un bon Luc Lac 😀

    Concernant le message de Nancy, pour les marinades de bœuf avec du Citron, ça ne fait pas cuire la viande avec l’acidité ? (j’ai vraiment besoin de cour de cuisine)

  16. Ohlola, il est passé crème ce délicieux Boeuf Luc Lac, Minh-Tâm 😀
    Habitué à manger celui du Royal Torcy (référence du Luc Lac dans le 77), je viens maintenant de trouver ma nouvelle référence en matière de Luc Lac.
    Merci pour ce cours, toutes ces explications et ce moment passé ensemble et rdv en 2016 pour le Bo Bun 😀
    A très bientôt

  17. Cette recette est une pure tuerie.
    Je l’ai refaite après le cours de cuisine que nous avons partagé et elle a eu beaucoup de succès. Un grand merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *