Les ateliers de Miss Tâm 2017 – 2018 : cours de cuisine vietnamienne

Les ateliers de Miss Tâm reprennent le 2 septembre 2017 après une pause estivale.

Les gourmands et amoureux de la cuisine vietnamienne devront patienter pour connaître le programme des cours de cuisine et pour faire les réservations en ligne : Cliquez ici.

Pour information, à partir de septembre, pour la qualité des ateliers, les cours de cuisine seront collectifs avec un maximum de 6 participants par session et ont lieu comme d’habitude, à L’appartement créatif dans le 20ème arrondissement de Paris (métro Maraîchers, ligne 9).

Le programme et l’agenda des cours seront annoncés 1 mois à l’avance, en début de chaque mois. Pour les abonnés du site, il y aura une prévente de 24h avant l’ouverture des ventes, puis l’information sera relayée sur les réseaux sociaux.

© 2014 K. Hénaff, Atelier de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

Pour la saison 2017-2018 (septembre 2017 à juin 2018), quelques nouveautés et des petits changements :

  • Je teste les cours du mardi en journée (3h30 de cours + dégustation) pour celles et ceux qui ont la possibilité de se rendre disponible en semaine. Pour commencer, l’atelier du mardi sera programmé 2 fois par mois.
  • Les ateliers du jeudi soir seront plus nombreux et commenceront désormais à 19h (au lieu de 18h30).
  • Les ateliers du samedi : il y aura deux sessions, une en matinée de 10h30 à 15h et une en fin de journée de 17h30 à 22h.
  • Les menus vont un peu changer. Restez attentifs si l’un des programmes vous intéresse !
  • Il y aura un atelier de cuisine végétarienne vietnamienne une fois par mois.

© 2014, K. Hénaff, Les ateliers de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

Venez me rencontrer pour (re-)découvrir la cuisine vietnamienne traditionnelle en participant à l’un des ateliers de cuisine… L’ambiance est très conviviale et détendue.

Informations, programme, agenda et réservations en ligne ici : http://misstamkitchenette.com/atelier-de-cuisine-vietnamienne-a-lappartement-creatif-paris-20/

Les participants ont donné leur avis sur Trip Advisor / La kitchenette de Miss Tâm : https://fr.tripadvisor.ch/Attraction_Review-g187147-d8703202-Reviews-La_Kitchenette_de_Miss_Tam-Paris_Ile_de_France.html

Quelques photos de cours…

© K. Hénaff, Les ateliers de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

© 2016 H. Rouby, photo prise pendant un atelier de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

© K. Hénaff, Atelier de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

© 2015, La kitchenette de Miss Tâm, Atelier de cuisine, à L’appartement créatif, Paris.

© 2016, Atelier de Miss Tâm, Banh cuôn, à L’appartement créatif, Paris.

© 2016, Atelier de Miss Tâm, Banh cuôn, à L’appartement créatif, Paris.

© 2017, La kitchenette de Miss Tâm, Banh bao pendant un cours de cuisine, à L’appartement créatif, Paris.

© 2017, F. Picard, Atelier de Miss Tâm, à L’appartement créatif, Paris.

J’espère que cela vous aura donné envie de participer à mes ateliers de cuisine et que je vous rencontrerai à la rentrée !!!

D’ici là, je vous souhaite à toutes et à tous un très bel été !

Minh Tâm

 

Halte gourmande : Au café Lux, un Bo Bun de rêve !

Cafe Lux Paris Bo Bun 4

Ouvert depuis le 18 septembre dans le quartier Saint-Maur / Oberkampf (Paris 11), le café Lux est un petit lieu convivial, sympa, sans chichis. Tenus par la belle et lumineuse Sophie (d’origine vietnamienne) et son mari Nicolas, ils misent sur la qualité, la simplicité et l’ambiance familiale. Les produits sont frais du jour, les vins naturels directement négociés avec les producteurs, les alcools sélectionnés pour les dégustations à sec, et pour passer du coq à l’âne, un flipper trône au fond de la salle pour se détendre si on en a envie car nos maîtres des lieux participent depuis quelques années aux championnats de France de flipper en famille, fiston inclus.

Cafe Le Lux Bo Bun Paris 11

Nicolas du Café Lux, Paris.

Nicolas du Café Lux, Paris.

Sophie du Café Lux, Paris.

Sophie du Café Lux, Paris.

Au café Lux, on y sert le petit-déjeuner, le goûter avec des gaufres maison et gâteau du jour et on termine la journée avec l’apéro. Pas de restauration… sauf le midi ! Le concept est simple, un plat unique à midi : le Bò Bún vietnamien ! Sur place ou à emporter. La maison table sur la qualité, le frais du jour, le fait maison, « quand il n’y en a plus, il n’y en a plus ! ». On repart parfois bredouille mais on revient vite le lendemain pour s’en commander un ! Les nouveaux habitués du lieu le savent bien.

Cafe Lux Paris Bo Bun

Cafe Lux Paris Bo Bun 13Alors, qu’est-ce que le bò bún de Lux a de si particulier ?

C’est un bò bún trois étoiles préparé avec amour, magnifiquement présenté, une vraie symphonie de saveurs et de textures. Si on retrouve bien tous les ingrédients d’un bo bun servi à Paris (bœuf sauté à la citronnelle, concombre frais, pickles de carottes, pousses de soja, herbes aromatiques, oignons frits maison, cacahuètes grillées concassées, chả giò), la signature de Sophie est l’emploi des pétales de riz de forme triangulaire (« rice flakes ») qui change agréablement la texture en bouche mais aussi le goût des bo bun habituellement servis avec des vermicelles de riz fins. Voilà une idée formidable à déposer très vite avant que l’on la lui pique ! Et la touche finale fondamentale qui harmonise et équilibre le tout : la superbe sauce nuoc mam aigre-douce à l’ail et au piment dont Sophie garde jalousement le secret, élaborée depuis vingt ans à partir de la recette de sa grand-mère et de sa mère, nous dit-elle.

Cafe Lux Paris Bo Bun 16« Bon appétit ! Aidez-vous de la cuillère pour bien mélanger tous les ingrédients avant de déguster ! La sauce se retrouve toujours au fond du bol. Remuez, mélangez régulièrement pour apprécier votre bo bun. » nous recommande Nicolas au moment de servir.

Cafe Lux Paris Bo Bun 6

Cafe Lux Paris Bo Bun 12

Mmm… Chaque bouchée est un vrai voyage gustatif. Je suis transportée… Un vrai délice !

Vous l’avez compris, et ça n’engage que moi, le Bo Bun de Lux est un sacré coup de cœur ! Je vous invite chaleureusement à y faire un tour à midi, du mardi au samedi, à partir de 12h30. Mais n’oubliez pas, ici, pas de réservation, c’est au p’tit bonheur la chance ! « Quand il n’y en a plus, il n’y en a plus! » Un gage de fraîcheur.

Si vous y allez, faites-leur un coucou de ma part ! Bonne découverte !

Café Lux

122 rue Saint-Maur 75011 Paris

Du mardi au vendredi de 8h à 21h. Samedi de 8h à minuit. Service Bo Bun pour le déjeuner ou à emporter à partir de 12h30 jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus… Dimanche et lundi : fermé.

Métro : Couronnes (ligne 2), Parmentier (ligne 3) ou Saint-Ambroise (ligne 9)

Email : le.lux.cafe @ gmail.com

Cafe Lux Paris photo La Kitchenette de Miss Tâm

Halte gourmande : Restaurant Siam@Siam à Paris

Le week end arrive… C’est l’occasion de vous faire découvrir ce restaurant de spécialités asiatiques (Laos, Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Chine), le Siam@Siam, situé en retrait au fond de la galerie du centre commercial Oslo, au cœur du quartier chinois de Paris (13ème arrondissement), au-dessus de Tang Frères).

Mon père, gourmand et gourmet, connaît toujours de bons plans de restaurants asiatiques à Paris. C’est d’ailleurs mon conseiller « officiel » en matière de cantines ou de restaurants vietnamiens / asiatiques, et je peux totalement me fier à ses critères. Ce ne sont pas des restaurants gastronomiques ou de « haut standing », chic ou encore bobo, mais des lieux où la communauté asiatique aime se rendre pour manger de la bonne cuisine traditionnelle.

Un jour, je rejoins mon père dans le quartier chinois du 13ème arrondissement de Paris pour déjeuner ensemble. Il me vante une excellente soupe de canard braisé aux cinq-épices et aux nouilles de blé et d’œufs (mì vịt tiềm) qu’on peut déguster dans un restaurant ouvert depuis environ une année au-dessus de Tang Frères. J’en ai l’eau à la bouche et je le suis, impatiente, vers le chemin des joies gustatives. Nous grimpons l’escalier roulant du centre commercial Oslo, passons devant le Paristore, longeons de nombreux magasins et de restaurants asiatiques, jusqu’au bout de la galerie qui mène vers les Olympiades, et arrivons enfin chez Siam@Siam, le dernier restaurant situé à droite de la galerie. La surprise est de taille du restaurant, grande ! L’endroit ne ressemble en rien aux autres restaurants ou cantines du quartier. C’est spacieux, avec un décor plutôt sobre (pas de dorures, de rouge, de couleurs criardes, de bibelots kitsch), avec une cuisine ouverte derrière un grand bar. Les cuisiniers en jolie tenue de cuisinier assez stylée, tous coiffés de charlottes, et impassibles devant les regards curieux des clients, s’agitent devant les fourneaux. Les bonnes odeurs flottent déjà… On nous accueille et nous place. Banquettes confortables, grandes tables… Et la vue du bar ouvert sur la cuisine est absolument… magnifique, photogénique, digne d’un film de Wong Kar-wai. C’est un peu exagéré, mais j’ai été littéralement fascinée par la vue de ces cuisiniers derrière le bar. Avant même de manger, je suis déjà conquise.

La carte qu’on nous remet est aussi alléchante que les bonnes odeurs qui nous parviennent au nez. Ma soupe de canard initialement prévue se transforme rapidement en un festin à la hauteur de notre gourmandise. Difficile de faire un choix, tout est bon. Il a quand même fallu se décider… Voici les délicieux plats et desserts choisis.

  • Rouleaux de printemps maison (à la vapeur)

  • Brioches vapeur aux pousses de bambou Kampout

  • Salade Thaï à l’ananas et aux fruits de mer

  • Amok Trei (en flan)

  • Boeuf Loc Lac (bo luc lac)

  • Milkshake au durian

  • Riz gluant et sa crème de durian

Les entrées à la vapeur sont fabuleuses, l’amok trei cambodgien dans sa version flan en papillotte, est bien épicé et goûteux, le boeuf loc lac est de loin le meilleur que j’ai dégusté dans un restaurant avec une viande extrêmement tendre et marinée à point, et la sublime salade Thaï à l’ananas et aux fruits de mer avec gambas et noix de Saint-Jacques est  généreusement servie. Quant aux desserts, nous sommes amateurs de durian… Rien à ajouter, on aime ou on déteste ce fruit…

En conclusion, les plats sont copieux et bien servis, la cuisine est de très grande qualité et particulièrement savoureuse, la carte des spécialités est vraiment intéressante (voir photo), enfin la variété des cuisines (Laos, Cambodge, Thaïlande, Vietnam, Chine) justifie bien le choix du terme général de « restaurant de spécialités asiatiques ». L’accueil est courtois, le service rapide. On peut être bien conseillé si on ne connaît pas les plats. Enfin, pour notre plaisir, les prix sont plus que raisonnables, oscillant entre 5 et 10 euros pour les entrées et certains plats, et autour de 12-13 euros pour les plats aux fruits de mer, gambas, crabes… Comment y résister ?

Je n’ai qu’une question à poser à mon père : « On y retourne pour une soupe au canard ? » Et vous, cela vous tente-t-il d’y faire un tour ce week end ?

Bon week end à vous tous ! Et…bonne découverte !

Food Sound System de Donpasta @Mix Box & RAP l’épicerie fine italienne

Ce jeudi 11 avril grâce à Philippe un de mes amis, j’ai eu la chance de participer à la formidable soirée Food Sound System de Don Pasta à Mix Box, dans le XVIIIe. arrondissement. Une belle découverte ! Rien que le titre « Food Sound System« , ma curiosité était piquée au vif ! Le son de la nourriture, ça sonne bien, ça sonne bon. Je salive. Mais qui est Donpasta, créateur du Food Sound System ?

Food Sound System premier projet de Donpasta créé en 2005, est « un spectacle multimédia réunissant texte, musique, vidéo et cuisine, qui tourne en France, en Espagne et en Italie. Ce spectacle témoigne de la portée significative de la cuisine dans la culture méditerranéenne ».  Donpasta (de son vrai nom, Daniele de Michele), artiste -ou encore selon lui, « gastro-philosophe militant »– italien issu de la région des Pouilles, a une biographie aussi alléchante et impressionnante que sa cuisine : économiste spécialisé dans le développement agricole, auteur de livres culinaires, acteur et scénariste, poète, conteur et DJ de la cuisine, écologiste, journaliste spécialisé en gastronomie collaborant régulièrement comme chroniqueur pour Slow Food, Republica et Left. Rien que ça… Il vit en France, à Toulouse, et travaille entre autres au projet United Food, intégrant initiatives artistiques, scientifiques et culturelles (son site ici). Son pire cauchemar : le café français…

Malgré son impressionnant parcours, ce Don Giovanni de la pasta n’a pas la grosse tête. Sur scène et hors scène, il est chaleureux, accessible, humain et généreux. On ne résiste pas à son charme ravageur, ni à son talent. Et son doux accent italien gorgé de soleil ferait fondre tous les gelatti de la terre ! D’ailleurs, je pourrais regarder et écouter en boucle une de ses vidéos « In The Food For Love » mise en fin d’article pour que vous puissiez en profiter et regarder sans modération. C’est absolument magnifique ! J’en ai l’eau à la bouche…


La soirée à Mix Box démarre à 19h avec un apéro DJ cooking à la sauce Donpasta. Depuis la scène, Donpasta tout sourire concocte quelques en-cas en musique pendant que les gens et amis commencent à affluer.

Au menu :
Tartare gingembre et coriandre et Curtis Mayfiels
Tagliatelles antiracistes et Pete Rodriguez
Poulet aux zestes de citron et JB’s

Ambiance bon enfant et démocratique, les gens montent sur scène, saluent le chef, regardent, touchent, hument, goûtent ce qu’il est en train de faire. Sur sa table de mixage-cuisine, on trouve pêle-mêle de jolis fenouils, céleri, carottes, oranges dans un saladier en verre, un chou rouge, de la viande, des ingrédients composant une exquise farce sur la planche, une casserole fumante où l’on devine un bouillon magique aux senteurs enivrantes nous chatouiller les narines, un microphone, un mixeur plongeant, des couteaux de cuisine, etc… La tension papillaire monte. Les saveurs et le son aussi.

La salle se remplit. Pas de chaises, tout le monde est debout, se promène, se salue, se sourit, se parle, des enfants courent, des gens s’assoient sur le bord de la scène, sur les marches qui mènent sur la scène, des journalistes et caméras déambulent discrètement entre les gens, tout le monde a un verre à la main ou quelques délicieux mets italiens du buffet-bar installé pour l’événement, tenu par l’épicerie fine italienne RAP (retenez le nom de ce lieu car c’est l’une des meilleures épiceries italiennes de Paris! si, si ! J’en parle après). L’ambiance est agréablement bon enfant, décontracté, sans chichis. J’entends parler italien autour de moi, conquise depuis des années par cette langue dont je ne comprends malheureusement pas un seul mot… Elle chante cette langue. Oui elle me parle et me transporte instantanément dans les films de Fellini, dans les bras de Marcello Mastroanni… Chéri, parle-moi italien stp ! Mais là je m’égare…

Le spectacle commence vers 21 heures. Sur scène, la contrebasse négligemment allongée au sol reprend vie entre les mains du contrebassiste dont j’ai hélas oublié le nom. La « vieille grand-mère » (comme surnomment familièrement les jazzmen pour la contrebasse) groove, soutient et chante avec le fringuant saxophone sur de magnifiques improvisations jazz, pendant que Donpasta, derrière sa table de mixage-cuisine, commence son spectacle.

Il raconte son histoire, l’origine du surnom de Donpasta, les pâtes fraîches qu’il fait partout, ici ou ailleurs, il parle de l’Italie, ses origines des Pouilles et de Salento, sa Nonna, les traditions et la chaleur du sud, le sens de l’hospitalité et la générosité des gens là-bas, les vrais bons produits locaux comme les bonnes tomates de sa région -les vraies qui ont connu la terre et le soleil, pas celles de la Hollande-, ses voyages d’Italie en France avec de précieuses victuailles, des trésors ramenés de son pays : la tonne de litres de sauce tomate faite maison (que les douaniers interdisent de faire passer au-delà des frontières sauf si c’est de la sauce industrielle ! CQFD), le café (le vrai, parce qu’en France…), le parmigiano, ou encore les dizaines de litres d’huile d’olive en bouteilles coincées dans tous les espaces libres restants de la voiture…même sous le siège de son fils !

Donpasta ne fait rien à moitié, c’est un passionné, un vivant, un bon vivant… Il parle de l’amour, de la vie, de la société, du système, à travers une véritable ode à la cuisine italienne… Déclame la recette des lasagnes aux aubergines de sa Nonna. Cuisine en live et fait goûter au public. Nous fait même des tagliatelles fraîches en direct. Sa cuisine est sensuelle. Belle. Un délice. Même le microphone participe à la cuisine : amplifie les sons de grésillement, du ronronnement du mixer plongeant, de rythmes du couteau, du frémissement de l’eau… Oh the food sound is good ! Les deux merveilleux musiciens qui l’accompagnent, font corps avec sa cuisine et ses mots. Les plaisirs de tous les sens sont bien réunis : saveurs, parfums, goût, sons, toucher, coeur, esprit, émotions… Oui, Donpasta a réussi sa mission ! Nous, public, sommes entièrement conquis par sa performance. Bravo !!! Si par hasard (et c’est difficile de le croire) vous n’aimez pas la cuisine italienne, Donpasta vous fera changer d’avis ! Garanti. Fin du spectacle.

Faisant face à la scène, de l’autre côté, se trouve le buffet-bar éphémère installé pour l’événement. Deux belles femmes s’agitent tout sourire avec bonne humeur derrière le buffet rempli d’excellentes bouteilles de vin italien rouge et blanc, de succulentes tourtes aux aubergines et aux épinards de Genova, de délicieuses sfogliatelle, et plein d’autres bonnes choses… Après plusieurs allers-retours au buffet pour consommer quelques verres de vins et après le spectacle, on finit par avoir faim ! Le buffet est trop tentant… Des mets italiens (dont je ne connais pas tous le nom) trônent là, irrésistibles. L’est encore plus, le joli sourire d’Alessandra aux yeux rieurs qui nous sert. Je commande la dernière part de tourte aux épinards… une part énorme, généreuse qui semble m’être destinée. J’admire, je hume, je mords, je goûte la tourte. Une explosion de soleil éclate en bouche. Je lâche spontanément un soupir de satisfaction gustative et malgré ma timidité, je déclare ouvertement mon amour pour la cuisine italienne à l’une des patronnes du buffet.

Mais qui se cache derrière ce somptueux buffet italien ?

Deux femmes. Il y a Alessandra Pierini, belle Italienne de Gênes, qui après dix-sept ans à Marseille aux commandes de Pasta e Dolce, monte à Paris il y a trois ans pour fonder l’épicerie RAP et en face un restaurant du même nom situés dans le rue Rodier dans le IXe. arrondissement de Paris. Si aujourd’hui, le restaurant n’existe plus, c’est pour mieux se consacrer aux produits de qualité qu’Alessandra déniche et propose. Pour avoir sillonné toute l’Italie, elle connaît parfaitement chacun de ses produits, entretient un lien privilégié avec chaque femme, chaque homme, derrière un produit vendu dans son épicerie. Tout est de qualité exceptionnelle. Elle y organise aussi des événements, des ateliers de cuisine…Allez faire un tour chez RAP Épicerie fine italienne, 15 rue Rodier, 75009 Paris : www.rapparis.fr !

Et il y a Marina Miroglio, de Miroglio Caffè Nomade (actualités sur sa page Facebook ici), qui après trois ans ferme ses portes pour devenir nomade. Elle organise des événements tels que des soirées débat et rencontres autour d’un sujet avec buffet italien dînatoire à Paris, dans des lieux du XIe arrondissement, ou des scènes ouvertes « Canta avec les stars » dans le IVe. arrondissement, et investit des lieux d’événements culinaires, culturels, artistiques, musicaux, cinématographiques, littéraires…toujours associés à des dégustations-découverte de produits italiens.

Malgré l’heure avancée de la soirée, Alessandra et Marina n’affichent aucun signe de fatigue et gardent toujours le sourire. Quand je dis à Alessandra que sa tourte est fabuleuse, elle me répond avec ses yeux rieurs, que le matin même, après l’avoir goûtée, elle la trouvait aussi délicieuse. J’apprécie sa réponse simple, franche, gourmande.  On se parle comme de vieilles copines. On s’échange les cartes de visite, on parle de cuisine. Puis elle évoque un récent atelier de pâtisserie italienne qu’elle a organisé avec Marco Bianchi. Et là… arrêt sur instant, mon coeur fait un grand bond. Maaaarco Bianchi ? Mais je l’aime ! J’adore son travail ! Encore une personnalité à vous faire découvrir si vous ne connaissez pas Marco Bianchi. J’étais aux anges.

Ainsi s’achève cette belle soirée… Quelle heureuse rencontre avec Alessandra ! Quelle fabuleuse soirée avec Donpasta!  Merci Paris Mix, merci à mon ami Philippe!

Et pour clore cet article, une pensée amicale pour Graziella, auteure du super blog L’Italie dans ma cuisine, qui nous livre les secrets de la délicieuse cuisine des Pouilles et de l’Italie, à travers l’histoire des recettes de sa belle-famille, de ses expériences et découvertes culinaires, de l’amour pour son pays d’adoption et de coeur… Ah l’amore !!! Venez visiter sa cuisine et testez ses succulentes recettes !

A bientôt et bon week end à vous !

Laos : Nem Thadeua ou Salade de riz croustillant et de som mou

La Kitchenette de Miss Tâm Salade de riz croustillant laotien

Par ce temps gris à Paris, il n’y a rien de mieux que de se distraire les papilles avec une cuisine exotique pleine de soleil ! Un dépaysement culinaire en plein coeur de Belleville à Paris au restaurant LAO SIAM en vaut le détour !

Ouvert depuis 1985, le Lao Siam a obtenu le Prix de la Baguette d’argent de la gastronomie laotienne et thaïlandaise l’année suivante. Le cadre est très agréable et convivial, l’accueil toujours souriant et le service rapide. La maison propose une carte alléchante de spécialités laotiennes et thaïlandaises (dont des plats « spéciaux connaisseurs ») à des prix très abordables. Les deux salles se remplissent très vite et la file d’attente à l’extérieur s’allonge rapidement aussi ! Un succès bien mérité !

Et pour cause… la cuisine proposée est simplement exquise. J’y ai découvert entre autres, une spécialité laotienne qui a retenu toute mon attention gustative : la salade de riz croustillant et de som mou. Une merveille ! La recette suivra après les coordonnées de cette halte gourmande à ne pas manquer si vous êtes de passage à Paris.

Restaurant LAO SIAM
Spécialités Laotiennes et Thaïlandaises
49 rue de Belleville – 75019 Paris
Téléphone : 01 40 40 09 68 ou 01 42 39 33 59
Métro : Belleville (ligne 2)

Après cette fameuse découverte culinaire, je n’ai eu qu’une obsession, réaliser ce hors-d’oeuvre pour retrouver toutes ses délicates saveurs bien typiques de la cuisine laotienne. Bien qu’ayant identifié 90% des ingrédients au palais, il me fallait encore les proportions et la confirmation des ingrédients listés. Des recherches sur le net s’imposaient. Je suis tombée sur un super blog d’une Française d’origine laotienne, passionnée de cuisine et talentueuse bloggeuse, qui propose la recette de salade de riz croustillant avec de belles photos : http://toulemondencuisine.wordpress.com. Après l’avoir testée avec succès, voici la transcription de sa recette avec quelques simplifications dans la présentation. Un grand merci à Vim qui détient cette recette !

Pour 4 personnes.

Pour une dizaine de boules de riz croustillantes :

  • 1,5 verre à moutarde de riz thaï et ½ verre à moutarde de riz gluant (riz opaque)
  • 1 oignon
  • 150 g de viande de porc hachée (échine)
  • 2 cuillères à soupe de noix de coco râpée
  • 1 cuillère à café de sel
  • 2 œufs
  • Huile de friture

Garniture :

  • 10 boules de riz croustillantes
  • 100 g de som mou (ou nem chua vietnamien) : charcuterie artisanale laotienne à base de porc crue, de couenne, de riz gluant, de piment, d’ail et de sel qui s’achète dans les épiceries asiatiques ou supermarchés Paristore / Tang Frères à Paris.
  • ½ botte de coriandre
  • ½ botte de cive (ou ciboulette thaïe)
  • ½ citron vert
  • 2 cuillères à soupe de nuoc mam (sauce de poisson pur)
  • ½ poignée de feuilles de menthe
  • *1 échalote
  • *Cacahuètes grossièrement pilées

*Ingrédients rajoutés pour faire comme le restaurant Lao Siam. Cf. la photo de présentation.

Préparation :

  • Laver le riz à l’eau froide plusieurs fois. Cuire le riz dans un cuiseur à riz ou dans une casserole en mettant moins d’eau que d’habitude, soit ½ cm d’eau au-dessus du niveau du riz pendant 5mn à ébullition, puis 15mn à couvert à feu doux. Une fois cuit, le mettre dans un récipient et  l’aérer avec une spatule pour faire s’évaporer le maximum d’eau. Le laisser refroidir.
  • Mélanger le riz froid avec la viande de porc hachée, les oignons hachés, les œufs battus, la noix de coco râpée et le sel jusqu’à obtenir un mélange homogène. Former des boules dans la paume de la main et les aplatir.
  • Dans une bassine à friture, faire frire les boules de riz dans l’huile chaude pour obtenir des boules dorées et croustillantes. Réserver et laisser refroidir.
  • Détailler à la main les boules de riz et le som mou en petits morceaux.
  • Verser le jus de citron dessus. Mélanger.
  • Verser la sauce de nuoc mam. Ajouter l’échalote, la cive et la coriandre ciselées. Parsemer de cacahuètes pilées. Mélanger. Poser les feuilles de menthe grossièrement ciselées dessus.

Bon appétit les Gourmandes et les Gourmands !

Source : Recette de  http://toulemondencuisine.wordpress.com